Notre établissement au fil des années ...

L'époque moderne : de la fondation Jésuite à la Révolution Française

A

u début de XVII° siècle, à l'emplacement de l'école de musique, rue Hautefeuille, le vieux collège de Chaumont ne suffit plus aux besoins de la ville. Grâce aux dons de plusieurs familles, des magistrats de la ville et du soutien de l'évêque de Langres, les Jésuites édifient un nouveau bâtiment.

En 1618, les premières classes du collège sont ouvertes et 24 externes sont accueillis. L'encadrement est assuré par un préfet et deux régents.

La Chapelle est construite de 1629 à 1640. Dans la seconde moitié du siècle, un grand jardin, qui subsiste jusqu'au XIX° siècle, est aménagé pour la botanique. Les revenus du collège proviennent alors de fermes, vignes et terrages des alentours de Chaumont.

Au cours du XVIII° siècle, l'établissement accueille 300 écoliers venant de toute la région et pour la plupart, placés en pension chez l'habitant. Le programme d'enseignement comprend, outre la littérature, l'histoire, le calcul, des séances récréatives, des cours d'escrime et même de danse.

En 1761, le parlement de Paris chasse les Jésuites et installe des séculiers. Le collège devient Collège Royal et vit sur ses dettes jusqu'à l'arrivée des Doctrinaires en 1775. Tout en jurant fidélité à la Nation, à la loi et au roi, ils en rétablissent la prospérité.

 

L'époque contemporaine : XIXème et XXème siècle, des troubles révolutionnaires à la naissance du collège actuel

M

ais, avec la suppression des congrégations religieuses au moment de la Révolution, les biens sont dispersés. La chapelle devient temple de la Raison et accueille des bals, puis du fourrage. Les classes sont transformées en atelier à piques et à baïonnettes.

En 1797, grâce au député Laloy, le collège devient l'Ecole Centrale du département. Les professeurs ont alors le titre d'instituteurs.

Au début du XIX° siècle, sous Napoléon Premier, l'établissement a le statut d'école secondaire puis de collège communal. La Chapelle sert de débarras et le jardin botanique devient jardin de rapport.

Lors de la première invasion prussienne de 1814 l'ensemble se transforme en caserne.

Une ordonnance de Louis-Philippe, qui date de 1844, va cependant redonner à l'établissement son titre de Collège Royal et lui permettre de concurrencer celui de Langres. Des bâtiments sont démolis puis remplacés par d'autres, plus vastes, qui entourent les cours 1 et 2. La fontaine Bouchardon est construite, adossée à la façade. Elle est inaugurée en 1840.

En 1848, l'établissement prend l'appellation de lycée.

En 1959, il devient Lycée d'Etat et intègre le collège de jeunes filles et l'Ecole Normale de jeunes filles.

En 1972, les bâtiments sud du lycée sont ouverts. Celui-ci prend, en 1976 le nom de lycée Bouchardon et se sépare définitivement des petites classes. Le Collège Nord, qui naît de cette scission, adopte un fonctionnement autonome. Il possède son propre internat et accueille jusqu'à 900 élèves dans les années 1980.

Rebaptisé, depuis 1992, Collège Camille Saint-Saëns, il compte encore aujourd'hui, malgré la baisse des effectifs, 500 élèves dont 25 internes.

 



Copyright © 2017. Tous droits réservés.Webmaster : Christelle DUCCESCHI